Bienvenue sur le site officiel de la Commune de Dompierre-sur-Veyle, Ain

mercredi 24 juillet 2019

Newsletter
L’histoire de Dompierre

Les premières traces d’occupation se situent à l’est de la commune : sans doute celles d’une tribu celte qui s’était établie au lieu-dit “Prins” actuellement situé sur la commune de La  Tranclière, quatre ou cinq siècles avant Jésus Christ.

En 1840, dans une poype au Moléron,  furent mis à jour des hachettes, des faucilles, des pointes de lance et des colliers datant de l’époque gallo-romaine, ainsi qu’une tombe isolée.

Le village porta un nom gaulois, peut-être “Dardilla” et plus tard “Brutoria” avant de prendre son appellation latine de Dompierum Petrum.

Armoirie des seigneurs de Beaujeu

En 1136 on retrouve le nom de Domno Petro, puis Dompierre de Chalamont en 1650, et Dompierre en Dombes en 1670.

Plus proche de nous, en  1790  Dompierre sur Ain et enfin Dompierre-sur-Veyle depuis le 10 septembre 1954..

 

Région frontalière entre Maison de Savoie et de Bourgogne, Royaume de France, entre différentes seigneuries : Villars, Beaujeu, Trévoux, Principauté des Dombes, notre village a connu des périodes très agitées, du XIVe au XVIIIe siècle,

Rivalités aussi entre catholiques et protestants, entre bandes de mercenaires, plus brigands que soldats.

A Dompierre, cette situation funeste était aggravée par la partition de la commune entre Bresse et Dombes : la Bresse à l’est de la Veyle,  la Dombes à l’ouest.

Quelques uns de ces événements ont laissées des traces dans les archives :

  • En 1375, le château fortifié de Belvey est brulé par les Savoyards en lutte contre le seigneur de Beaujeu.

    Jean II de Boubon (1427-1488) Duc de Bourbon et d’Auvergne
  • En 1460, le 10 juillet, c’est l’incendie de l’église, toujours par les Savoyards, en guerre cette fois contre le prince des Dombes, Jean II de Bourbon.
  • En 1843, tout le pays est saccagé par des bandes armées appelées les “Verts Manteaux”.
  • En 1954, Belvey est à nouveau mis à sac par le vicomte de Chamois, au nom du parti catholique.
  • En 1595, le château fut incendié par le marquis de Treffort, Joachim de Rye.

Sur le plan juridique, l’histoire de Dompierre , est faite des acquisitions, ventes, attributions de fiefs, de droit de justice ou de redevance opérés le plus souvent par les deux seigneurs  des lieux, ou par leur suzerains. C’est à dire (et en simplifiant) pour la partie bressane (le bourg et l’église), les seigneurs de Thoire-Villars et les Ducs de Savoie, et pour la partie dombiste, les seigneurs de Belvey et les sires de Beaujeu. Ils  sont aussi impliqués dans les tractations des communautés religieuses.

En 1268, les Hospitaliers et en 1273, les moines de l’Ile Barbe, acquièrent terres et droit de redevance.

La vie de certains fiefs a laissé des traces : celui des Blanchères appartenait en 1430 à Eustache Genost, mais fut annexé à la seigneurie de Belvey au XVIIIe .

Le fief de la Franchise, mentionné dès le début du XIIe siècle, et dont l’un des seigneurs, Hugonin, reçoit de Guichard VIII de Beaujeu les droits de justice en 1313.

Quant à la seigneurie de Belvey, elle fut constituée de 1272 à 1276 par Guillaume de Juis qui en reçu les droits de justice de Louis de Beaujeu. Elle passa aux Saix en 1458, puis aux Marron en 1726.

L’exercice du droit de justice obéissait à Dompierre, comme partout ailleurs à l’époque, à des règles complexes et découlait d’attributions limitées à certains territoires, et pour certains pouvoirs ; depuis 1276 Guillaume de Juis, seigneur de Belvey s’était vu concédé “Haute, Moyenne et Basse Justice” par les sires de Beaujeu sur Dompierre.